Animal Terrestre – exposition et performance

Du 19 Mars au 24 Avril, le Chêne Vert a le plaisir d’exposer et recevoir les œuvres de Mā Thévenin.

Architecte, performeuse et plasticienne. Mā nous présente son exposition « Désordonner nos AB(SC)YSSES » dont le vernissage aura lieu le 24 Mars à partir de 19h. Au cours de cette soirée, partagez également un moment exceptionnel avec Mā qui réalisera une performance de danse Butō, « Animal Terrestre ».

Qu’est-ce-que le Butō  ?

Le Butō est une danse née au Japon dans les années 1960. Plus qu’une danse, on considère le butō plutôt comme un concept permettant d’exprimer une certaine vision du Monde. Les corps y sont mis en avant comme de véritables œuvres d’art. Les mouvements y sont lents, le corps de l’artiste se tord et se crispe sur les sons pour exprimer sentiments et émotions qu’il vit sur scène. Perturbant ou émouvant, le butō ne pourra pas vous laisser indifférent.  

Pour aller plus loin, vous pouvez visiter la page dédiée au butō du site Vivre le Japon: https://www.vivrelejapon.com/a-savoir/comprendre-le-japon/le-buto

 

Animal Terrestre, performance Butō de Mā Thevenin

« Composés d’atomes formés depuis des milliards d’années, poussières d’étoiles venant de l’Univers, nos corps s’incarnent en traversant les corps de nos mères, faits de sang, d’os et de chair, dans la singularité d’un lieu terrestre et d’une généalogie…

Comment quitter l’histoire individuelle pour retrouver  l’appartenance au monde, être simplement matière, absolue présence ? Retrouver un corps est à la fois humain, animal, végétal, minéral en constance transformation…

« Le butō, à vrai dire, a toujours cultivé la métamorphose comme essence de l’Être (…) La danse est un voyage intérieur à travers différentes épaisseurs de temps et d’espace » * 1

Le butō s’ancre dans la vie, en célèbre les rites : la naissance, la passion, la douleur, la mort, le désespoir, la joie. Le butō est le mouvement de la vie, la danse de la vie au milieu des ténèbres. * 2

Le corps y évolue dans un univers aux multiples dimensions, entre matière inerte, stable, pérenne, et un temps éphémère, mouvant et insaisissable, dans un équilibre en permanente reconstruction.

Structures éphémères, fragiles édifices, centres de présence, nos corps marchent en équilibre sur le fil du présent… »

1 Citation de J.M. Adolphe, préface au livre « Carlotta Ikeda. Danse Butô et au-delà ».
2 Performeuse, plasticienne, architecte de formation, Mā Thévenin travaille sur les relations corps/espace. Elle s’est formée à la danse butō auprès des chorégraphes japonais Atsuchi Takenouchi, Yumiko Yoshioka, Sumako Koseki.

Plus d’infos sur: http://www.mathevenin.com

Un avant goût de notre soirée du 24 Mars

Pour vous donner une idée du travail de Mā, vous pouvez visionner la vidéo de sa performance aux Vendémiaires en 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nom *